Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 09:24
Manifestation RESF le 18 juin à Lyon

10 ans après la création de RESF Réseau Education Sans Frontières, La Cimade,

la FSU, Sud Educ, CLASSES, Resovigi, Les Amoureux au Ban Public,

la Ligue des Droits de l’Homme... soutiennent toujours les familles sans papiers

et les jeunes majeurs scolarisés

Manifestation le 18 juin à 18h place de la Comédie à Lyon.

Nous refusons encore et toujours

L’incarcération de jeunes de 16 à 18 ans comme Narek, Alkasim et Karine

suite à des tests osseux sans valeur scientifique
L’absence de régularisation pour des familles vivant ici depuis 2, 4, 10 ans

alors qu’elles ne demandent qu’à vivre comme tout le monde
Le rôle de la préfecture qui décide à la place des médecins de l’existence ou non

de soins appropriés dans les pays d’origine
Les projets de loi qui centrent la politique de l’immigration sur la répression et

considèrent par avance toute personne étrangère comme un fraudeur et un menteur.

Familles toujours en attente de régularisation

Des familles sont encore à la rue sans hébergement, dans la crainte de la police

et d’une expulsion.
Des demandes d’asile se voient rejetées en quelques minutes sans examen sérieux ;

Des enfants continuent d’aller à l’école la peur au ventre.
Des familles sont explosées par l’expulsion de l’un d’eux...
La circulaire Valls, bien que très restrictive n’est même pas appliquée.

Personnes malades

Depuis septembre 2013, le Préfet du Rhône refuse d’accorder un titre de séjour ou

son renouvellement à des personnes gravement malades. Pourtant, le médecin de

l’Agence Régionale de Santé, seul compétent pour apprécier la possibilité d’avoir

effectivement accès au traitement approprié dans le pays d’origine, considère, lui,

que ces personnes doivent rester en France pour accéder à des soins qu’elles ne

pourront pas recevoir dans leur pays d’origine.

Incarcération de jeunes mineurs sans papiers sur la seule foi de tests osseux

contestés

ALKASIM, jeune majeur de 17 ans, élève en CAP à Décines est en détention depuis

le 2 avril. Il a été déclaré majeur et condamné à 5 mois de prison, à une interdiction

du territoire et à rembourser une somme délirante au Conseil Général.
C’est une scolarité interrompue, un avenir compromis, une vie broyée.

NAREK élève à Oullins, jeune mineur pris en charge par l’aide sociale à l’enfance

a été incarcéré le 16 mai et condamné à 2 mois de prison ferme sur la seule fois de

ces tests osseux (qui lui donne un âge entre 19 et 29 ans !!!) Après 3 semaines

de prison, la Cour d’appel de Lyon, s’est déclarée incompétente pour juger de son âge. De la prison pour rien !

KARINE, scolarisée à Lyon, vient elle aussi d’être incarcérée à Corbas suite a

ces mêmes tests osseux...

Couples mixtes

Un sénégalais marié à un espagnol en France à plus de droits que s’il était marié

à un français ! Et cela à cause de la législation française beaucoup plus dure que

la législation européenne.

Malgré les recommandations du Défenseur des Droits rien n’est prévu dans la

prochaine loi pour corriger ceci.

Une nouvelle et énième réforme des lois sur l’immigration est en préparation

centrée encore et toujours sur la répression et le soupçon systématique.

Qu’en est il du respect et de la justice ?

C’est l’ensemble de notre société qui est en danger

Nous affirmons que

Nous voulons vivre ensemble, avec nos différences, nos complémentarités et

dans le respect de chacun.
Les droits fondamentaux sont pour tous sans conditions d’origine.

Nous exigeons

La libération des jeunes et leur régularisation
La régularisation des familles sans papiers
Le respect des préconisations du médecin régional de santé
Une loi sur l’immigration qui respecte les droits fondamentaux

Partager cet article

Repost 0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 06:28
Régularisation de Redouane !

Un comité de soutien, crée à l’initiative de la CGT Vinatier, lutte avec Redouane pour faire respecter le droit du travail et dans l’objectif d’obtenir sa régularisation. Des actions vont s’organiser dans les mois qui viennent (diffusion de tracts, rassemblements, débats...) pour construire le rapport de force nécessaire à sa régularisation. Nous appelons à la vigilance en cas d’éventuelle tentative d’expulser Redouane.

En France depuis 2005, Redouane trouve un emploi en 2009 dans un cyber­café (le « wall-phone, 56 route de Genas à Villeurbanne). Il cons­tate rapi­de­ment que l’exploi­ta­tion ne connait pas les fron­tiè­res : semaine de 50 heures de tra­vail, paye de 5 euros par heure, hygiène déplo­ra­ble, humi­lia­tions etc. Son patron le met à la porte en juin 2012 sans lui verser son der­nier mois de salaire.

Originaire d’Algérie, Redouane est sans-papier. Ce statut le main­tien dans la clan­des­ti­nité, autre­ment dit à la merci de patrons ravis de trou­ver un employé cor­véa­ble à peu de frais. Le cas de Redouane n’est pas isolé, il concerne de nom­breux tra­vailleurs et tra­vailleu­ses. Pour un sans-papier, recou­rir aux auto­ri­tés com­pé­ten­tes afin de faire appli­quer ses droits peut mener à l’arres­ta­tion, l’empri­son­ne­ment et l’expul­sion. Pour les capi­ta­lis­tes, exploi­ter les sans-papiers est une stra­té­gie payante car elle permet de divi­ser la classe ouvrière, de créer des boucs émissaires sur qui détour­ner l’atten­tion, de faire bais­ser les salai­res et de main­te­nir les pro­fits.

Un comité de sou­tien, crée à l’ini­tia­tive de la CGT Vinatier, lutte avec Redouane dans l’objec­tif d’obte­nir sa régu­la­ri­sa­tion. Une pro­cé­dure devant le tri­bu­nal des prud’hommes est en cours ainsi qu’une plainte pénale à l’encontre de son patron pour « tra­vail dis­si­mulé ».

Des actions vont s’orga­ni­ser dans les mois qui vien­nent (dif­fu­sion de tracts, ras­sem­ble­ments, débats...) pour cons­truire le rap­port de force néces­saire à la régu­la­ri­sa­tion de Redouane. Le comité sou­haite également sou­te­nir le combat des nom­breux sans-papiers qui subis­sent la même situa­tion. D’ici là, nous res­tons vigi­lants en cas d’éventuelle ten­ta­tive d’expul­ser Redouane. Nous invi­tons tous et toutes à rejoin­dre le comité de sou­tien et à se tenir prêt à se mobi­li­ser en cas d’urgence !

Travailleur fran­çais ou immi­gré, avec ou sans papier, même patron, même combat !

Contact :

Syndicat CGT VINATIER

TEL 04 37 91 53 19

ADRESSE : CHS le Vinatier, 95 boulevard Pinel 69500 BRON

mail : lutterensemble.cgtvinatier@laposte.net

Partager cet article

Repost 0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 07:43
REGULARISATION DE REDOUANE !

Comité de soutien de REDOUANE

REGULARISATION DE REDOUANE !

Redouane est en France depuis 2005.

En 2009, il trouve un emploi dans un cybercafé, le « Wall-Phone » situé au 56, route de Genas à Villeurbanne.

Redouane est né en Algérie. Il est venu en France dans l’espoir d’une vie meilleure. Il va, au contraire, trouver l’exploitation et le mépris.

Son quotidien : le travail jusqu’à 50 heures par semaine – dimanche soir compris – jusqu’à 22 heures et plus ; un salaire à 5 euros de l’heure ; des reproches et des humiliations ; un local à l’hygiène déplorable, non conçu pour y passer huit à dix heures par jour. Il est « l’homme - à- tout - faire » : ménage, accueil, vente, manutention …..

En juin 2012, il est viré sans toucher son dernier mois de salaire.

Redouane est ce qu’on appelle un sans-papier. Il n’est pas régularisé et risque à tout moment l’expulsion. Redouane veut rester en France, ce choix est légitime.

Un procès aux prud’hommes est en cours pour que son ex-patron reconnaisse l’avoir employé. Un procès au pénal pour « travail non-déclaré ».

La régularisation de Redouane est notre combat.

Mais c’est aussi le combat de tous les travailleurs, de toutes les travailleuses mais aussi chômeurs, lycéens, étudiants, toutes celles et ceux qui subissent l’exploitation.

Le patronat utilise la main d’œuvre non déclarée pour diviser la classe ouvrière et par souci de profit. Un homme menacé d’expulsion n’a pas les moyens de se défendre face au patron et à la loi, concrètement, la police.

Désigner l’immigré comme bouc-émissaire, c’est servir la soupe aux patrons.

Le racisme, c’est nous diviser ; les patrons ne demandent que ça.

Travailleurs français, immigrés, avec ou sans papier : même patron, même combat !

Contact : 04 37 91 53 19

Partager cet article

Repost 0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 14:28
Incendie meurtrier dans un squatt rom : Communiqué de presse d' RESF

Dans la nuit de dimanche à lundi , l'usine désaffectée de la rue Lavirotte ( lyon 8eme ) a pris feu. Ce local était le lieu de vie de 200 personnes rroms , dont 3 sont mortes suite à cet incendie. Nous partageons la douleur des familles et nous exprimons aussi notre soutien aux rescapéEs.
Malgré l’existence de la circulaire d’août 2012 qui prévoit des diagnostiques médicaux, sociaux et de sécurité (article L 345-2-2 du code de l’action sociale et des familles) La politique gouvernementale visant à expulser systématiquement les campements de Rroms sans proposer de solution alternative, est la véritable coupable de ce drame.

La politique de Valls et d’Hollande en matière d’immigration est insupportable. Comme l’est la déclaration de Valls, hier lundi alors qu’il s’était rendu sur les lieux de l’incendie, qui en profite pour redire que “l’évacuatiuon des camps illicites continuera”
Le préfet du Rhône a, quant à lui, déjà été condamné par la Justice le 4 avril 2013 après avoir, encore, expulsé un campement.
Ce même préfet avait décidé d'expulser les personnes vivants dans l'usine (l’électricité leurs avaient été coupées en prévision) sans modalité de relogement.
La mairie de Lyon ne trouve comme solution que l'ouverture de 2 gymnases et ce de façon provisoire, quid d'un logement véritable pour ces familles ?

Il est intolérable que des personnes puissent trouver la mort à cause de la politique du chiffre de M. Valls qui n'a pas changée depuis M. Hortefeux.

Partager cet article

Repost 0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 14:26
Incendie meurtrier dans un squatt rom: Communiqué de presse de Solidaires Rhône

Dans la nuit du 12 au 13 février, trois personnes (deux femmes et un enfant de douze ans) ont péri dans l’incendie de l’usine qu’elles étaient contraintes d’occuper avec plus de cent autres Roms dans le 8e arrondissement de Lyon.
Présent lundi sur Lyon pour valider la politique sécuritaire du maire, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, s’est engagé, malgré les condoléances de rigueur, à poursuivre sa politique d’expulsion (du territoire et des campements occupés) renvoyant de facto la responsabilité de cette tragédie sur les victimes Roms elles-mêmes.
Dès le lendemain du drame, la police évacuait d’ailleurs le camp installé dans la cité Berliet de Saint-Priest, sans que la moindre solution de relogement ne soit prévue.
Les véritables responsables sont ceux-là mêmes qui ne cessent de multiplier les expulsions, condamnant les Roms à des conditions toujours plus précaires (au détriment même de la réglementation), comme le montre cette dernière tragédie.
L’Union syndicale Solidaires Rhône dénonce avec la plus grande fermeté cette stratégie répressive qui fait des Roms des boucs émissaires utiles en cette période de forte dégradation sociale. Elle met en péril des populations condamnées au rôle de parias de l’Europe et renforce l’extrême-droite déjà bien trop présente, notamment à Lyon.
L’Union syndicale Solidaires milite au contraire pour la liberté de circulation de toutes et de tous et pour la solidarité entre les exploité-e-s, quelles que soient leurs origines.

Lyon, 15 mai 2013

Partager cet article

Repost 0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 14:21
communiqué de la CGT Educ:  Incendie meurtrier dans un squatt rom

Incendie meurtrier dans un squatt rom : le résultat d'une politique criminelle !
Dans la nuit de lundi à dimanche, un incendie a fait au moins 3 morts dans un batiment squatté par des familles roms, dans le 8ème arrondissements de Lyon. En plus de ces morts tragiques, ce sont plus de 200 personnes qui se trouvent une nouvelle fois à la rue. Parmi elles, des enfants, nos élèves...
Si l'origine du sinistre est encore indéterminé, la responsabilité de l'etat est clairement engagée.
La politique discriminatoire menée à l'égard des populations roms, faites de harcèlement policier, de législation d'exception (interdiction d'accès à une majorité de métiers alors qu'il sont citoyens européens), les prive de la possibilité d'accès à un logement décent.
C'est cette politique qui les contraint à vivre dans des logements insalubres où se produisent de tels drames, dont l'origine est parfois criminelle (attentats racistes), parfois "accidentelle" (départ de feu liée à l'insalubrité des logements).
Une fois de plus, les pouvoirs publics cherchent à se défausser de leur responsabilité en rendant les victimes responsable de la situation, et en appelant à poursuivre une politique d'expulsion sans relogement, qui ne résout rien.
Or pour les mal-logés roms comme pour tous les mal-logés, des solutions existent : la réquisition des logements vides, la fin des politiques discriminatoires, l'accès à un travail décent.
La CGT Educ'Action appelle les pouvoirs publics à assumer leur responsabilité, à cesser la politique discriminatoire, raciste et xénophobe à l'oeuvre, et à assurer aux familles à la rue, et donc à nos élèves, un accès à un logement décent.

Partager cet article

Repost 0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 07:37

A l’initiative du Collectif jeunes majeurs RESF de Lyon

Dans un grand nombre d’établissements, ces jeunes lycéens viennent en cours avec la peur permanente de se faire arrêter, expulser. Certains sont connus, d’autre ne le sont pas (car ils redoutent de déclarer leur situation car la politique d’expulsion se poursuit jour après jours). Pourtant tous sont des élèves comme les autres.

Et à l’approche des vacances, leur angoisse est d’autant plus grande qu’ils se retrouvent isolés.

Le CJM-RESF sera reçu le jeudi 16/05 à 17h30/18h à la Préfecture afin de soutenir des dossiers de régularisation. Le rassemblement de lycéens, d’enseignants et personnels prévu est en soutien à ces demandes particulières (imposées par la Préfecture et la politique nationale de l’immigration de régularisation “au cas par cas”) et aussi en soutien à tous les jeunes (et tous les sans papiers) dans ce cas.

Une participation nombreuse, la présence d’enseignants et personnels est bien sûr très importante.

Ci-joint le tract d'appel (à diffuser, afficher)

Il est possible d'imprimer en tract 2 pages en une (2 tract sur une feuille A4) en noir et blanc ou en affiche une page sur A4 ou mieux en A3 (noir et blanc ou couleur).

Venez nombreux accompagner les lycéens et appuyer la délégation

 Jeudi 16 mai à partir de 17h  Rassemblement devant la Préfecture (rue Dunoir)  pour la régularisation des jeunes majeurs lycéens sans papiers.

Partager cet article

Repost 0
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 13:58

 

dessin 

SOUTENONS REDOUANE

 

     Redouane a 37 ans. Il est né en Algérie. Comme beaucoup d’Algériens, il est venu en France en espérant des jours meilleurs. Il est arrivé » en 2005 en France.

En 2009, il a commencé à travaillé dans un cyberphone de Villeurbanne. On est effaré quand on apprend ses conditions de travail : pas de contrat de travail, pas de feuille de paie, salaire à 5 € de l’heure (soit la moitié du SMIC).

 

    Redouane travaillait parfois jusqu’à 50heures par semaines, dimanche compris. Il était l’homme à tout faire : Accueil, manutention, ménage. La patronne l’appelait parfois le matin pour travailler sur un repos.

 

    Fin juin 2012, la boutique où travaille Redouane a fermé, soit disant pour « travaux ». Redouane a été viré sans toucher son dernier mois de salaire.

    Il faut dire que Redouane n’a pas de titre de séjour et qu’il vit en permanence sous l’épée de Damoclès de l’expulsion. Coincé, il ne pouvait pas protester contre ses conditions de travail.

 

    A la fin de l’été, il a interpellé la CGT pour venir à son aide. Un militant CGT l’a accompagné dans ses démarches. Un courrier a été envoyé aux prud’hommes fin décembre et il a entamé une procédure de plainte contre ses ex-employeurs.

 

    Nous devons aider Redouane a gagner son procès. Redouane doit être régularisé. Pour le soutenir la CGT Vinatier appelle a la constitution d’un comité de soutien pour faire face aux frais de justice, pour soutenir moralement Redouane et pour dénoncer l’exploitation patronale des sans papiers.

comite-redouane.jpg

 

Travailleur français ou immigré, avec ou sans papier, même patron, même combat. Soutenons Redouane

 

 

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : cgt vinatier
  • cgt vinatier
  • : Syndicat CGT VINATIER / TEL 04 37 91 53 19 / ADRESSE: CHS le Vinatier, 95 boulevard Pinel 69500 BRON / mail: lutterensemble.cgtvinatier@laposte.net / notre page Facebook https://www.facebook.com/cgtvinatier
  • Contact

 

Recherche

ACTUALITE

liens

   

Catégories

Ecouter radio canut en direct

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -