Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 09:57
le 6 décembre, journée d'action pour l'empoi, contre le chômage et la précarité!

Partager cet article

Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 09:52
samedi 15 novembre, manifestation pour le droit au logement
samedi 15 novembre, manifestation pour le droit au logement

Partager cet article

Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 09:45
Familles sans toit à l’école : la situation est inacceptable !

Dans notre école, 11 familles sont sans logement et une vingtaine d’enfants vivent et dorment dans des conditions intolérables, dans des squats, des voitures ou directement sur le trottoir. Ce sont des élèves de notre école qui, aujourd’hui, ne peuvent suivre une scolarité normale.

Le 20 novembre 2014 sera le 25ème anniversaire de la ratification par la France de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Les articles 27 et 28 de ce texte affirment que les droits à l’éducation, au logement et à un niveau de vie décent sont des droits fondamentaux.

Or, on s’aperçoit que dans le Rhône, ces droits sont bafoués et que de trop nombreux enfants ne vivent pas dans des conditions qui leur permettent d’apprendre et de grandir. Face à cette situation, enseignants, parents d’élèves, habitants du quartier et associations ont décidé de se mobiliser au sein du collectif « Jamais sans toit » afin d’agir pour aider ces familles.

Vendredi 7 novembre dernier, lors de l’apéritif convivial à l’école élémentaire, les dates importantes de cette mobilisation ont été rappelées :

Mercredi 12 novembre, 18h, Ecole maternelle Victor Hugo 

  • Préparation de la journée du 20/11 avec parents et enseignants

Samedi 15 novembre à 14h, Place des Terreaux 

  • Manifestation pour l’arrêt des expulsions et pour un logement pour tous

Mercredi 19 novembre à 18h, rue Dunoir (devant la préfecture)

  • Rassemblement du collectif « Jamais sans toit », conférence de presse et réception d’une délégation à la préfecture

Jeudi 20 novembre

  • Journée internationale des Droits de l’Enfant, sensibilisation, rassemblements et occupations d’établissements scolaires

Dans le même temps, une pétition circulera pour exiger le respect de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, des logements décents et durables et des titres de séjour pour les familles dans le besoin.

Nous vous encourageons à signer cette pétition et à participer aux différentes actions. Il est important d’être nombreux pour se faire entendre et pousser les autorités à trouver une solution pérenne vis à vis de ces familles !

Collectif « Jamais sans toit », GS Victor Hugo, Lyon 1

 

Partager cet article

Repost 0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 08:29
grand rassemblement devant le MEDEF de LYON ce jeudi 27 février de 12h à 15h.

L'heure est grave. Le medef (syndicat des grands patrons) et les syndicats des salariés sont en train de négocier la nouvelle convention UNEDIC pour définir de nouvelles règles d'indemnisation des chomeurs. Les propositions du medef sont de véritables attaques pour nos droits. Aujourd'hui la règle à Pole Emploi c'est 1 jour travaillé = 1 jour indemnisé. Le medef souhaite que demain pour un jour travaillé nous soyons indemnisé 0,8 jour! De plus ils souhaitent que nous travaillons plus longtemps pour obtenir moins de droits. C'est inadmissible!

Non content d'obtenir du gouvernement des milliards d'euros d'exonération de cotisations patronales (c'est à dire de payer moins cher NOS salaires) le patronat souhaite faire payer la crise aux plus faibles d'entre nous, chomeurs, précaires.

Nous ne nous laisserons pas faire!

Il ne nous reste que quelques semaines pour faire monter la colère et pour empecher la signature de cette nouvelle convention unedic.

Nous vous invitons à faire circuler largement autour de vous l'appel à un grand rassemblement devant le MEDEF de LYON ce jeudi 27 février de 12h à 15h.

La question du chomage nous concerne tous car ce sont les droits de tous les salariés qui sont ici attaqués!

Rendez vous au 60 avenue Jean Mermoz (tram T2 Bachut ou metro D Mermoz Pinel)


CGT-PEP (privés d'emploi et précaires) Rhône
Union Locale CGT 1-2-4e arrt
31 rue Quivogne

> 69002 Lyon

> tel : 06 30 01 91 79

Partager cet article

Repost 0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 09:33
Soutenons les précaires menacés d’expulsion en pleine « trêve » hivernale !

Ce vendredi 20 décembre le Tribunal d’instance de Lyon (rue servient) s’apprête à juger plusieurs cas concernant des occupations d’appartements par des personnes en grande précarité. Ces logements parfois pour certains inoccupés depuis des années appartiennent à des personnes qui, elles, passeront Noël bien au chaud.

A Lyon, dans le 7 ème arron­dis­se­ment, au 1 Bis rue du repos, des loge­ments appar­te­nant au CCAS et gérés par l’orga­nisme HLM « Grand Lyon Habitat », inoc­cu­pés depuis des années, pour cer­tains 10 ans, abri­tent depuis début juillet 2013 la famille Covacci ! Il s’agit d’une famille de 13 per­son­nes dont 7 enfants. Tous les enfants sont sco­la­ri­sés dans l’arron­dis­se­ment et la plu­part sont nés en France.

Arrivée en 2002 sur le ter­ri­toire, la famille Covacci n’a cessé d’errer de squat en camp de for­tune, ils y ont perdu un membre de leur famille. Jetée à la rue après l’incen­die de leur der­nier habi­tat, la famille a investi les appar­te­ments du CCAS où ils ont trouvé un mini­mum de sta­bi­lité indis­pen­sa­ble à leur bien être et celui de leurs enfants. Depuis leur arri­vée sur l’agglo­mé­ra­tion , cette famille a effec­tué de nom­breu­ses démar­ches pour obte­nir un toit et béné­fi­cier d’un accom­pa­gne­ment social. L’occu­pa­tion de ces appar­te­ments du CCAS n’est que la consé­quence des échecs répé­tés de ces démar­ches.

Ce matin là pas­sent également les habi­tants du 19 de la rue Roux Soignat, jeunes pré­cai­res sans aucune solu­tion de relo­ge­ment alors que le bâti­ment est vide depuis juin 2012.

Un des autres cas qui sera jugé ce matin là concerne le pro­prié­taire d’un appar­te­ment à proxi­mité de la place Voltaire, déten­teur d’un impor­tant patri­moine immo­bi­lier, de plu­sieurs socié­tés immo­bi­liè­res, et de luxueux cha­lets en mon­ta­gne qui argue aujourd’hui de pré­ten­dues « dif­fi­cultés économiques » pour obte­nir une pro­cé­dure urgente d’expul­sion d’Anaïs, pré­caire, dans l’attente de l’examen de son dos­sier d’attri­bu­tion d’un loge­ment social. Le pro­prié­taire demande en plus de l’expul­sion immé­diate (sans les deux mois de délais légaux) une condam­na­tion de paie­ment d’une indem­ni­sa­tion de 1000 euros par mois d’occu­pa­tion au titre du « pré­ju­dice subi » !

Quel pré­ju­dice a subi ce pro­prié­taire qui ne s’est pas soucié, des années durant, de l’état de cet appar­te­ment à la toi­ture lézar­dée et dont les dégâts des eaux auraient menacé tout l’immeu­ble, s’ils n’avaient été entre­te­nus par les nou­veaux occu­pants ?

Ne sont-ce pas les pau­vres, les tra­vailleurs-ses et les pré­cai­res qui subis­sent chaque jour un pré­ju­dice, lui tota­le­ment avéré, du fait de la hausse des loyers pro­vo­quée en par­ti­cu­lier par ces com­por­te­ments spé­cu­la­tifs ? Cette spé­cu­la­tion abou­tie en effet à ce que 24 000 loge­ments soient vides dans notre agglo­mé­ra­tion, tandis que 6000 per­son­nes sans loge­ment traî­nent leur exis­tence misé­reuse de part les rues gla­cia­les et que le 115 sonne occupé.

Seule une société hypo­crite peut consa­crer comme prin­cipe cons­ti­tu­tion­nel et comme dis­po­si­tion légale le droit incondi­tion­nel à un loge­ment, et faire primer dans les faits le droit de pro­priété sur le droit de vivre.

Les cas par­ti­cu­liers de ces pro­cé­du­res en référé qui vise à forcer en plein hiver l’expul­sion sans lais­ser le temps à ces hommes, ces femmes et leurs enfants des pos­si­bi­li­tés de relo­ge­ment qui s’offrent illus­tre une situa­tion plus géné­rale, qu’il faut dénon­cer.

Nous appe­lons en consé­quence chacun-e à se rendre en sou­tien à l’audience en référé à 8h30 le ven­dredi 20 décem­bre au Tribunal d’ins­tance de Lyon, 67 rue Servient salle A pour sou­te­nir la demande d’une déci­sion juste leur accor­dant un délai suf­fi­sant pour leur relo­ge­ment. Plus lar­ge­ment nous appe­lons à une mobi­li­sa­tion pour le droit au loge­ment pour tous quel­que soit sa natio­na­lité.

Lire Appel à sou­tien contre une expul­sion de loge­ment à Lyon : 13 per­son­nes en danger immé­diat ! et Familles expul­sées, écoles occu­pées !

Premiers signa­tai­res : Union Pour le Communisme, Collectif Logement Lyon, FSE Solidaires-Etudiants, Collectif Lesbien Lyon, Confédération National du Travail interco 69, CGT Privés d’Emploi et Précaires du Rhône.

Partager cet article

Repost 0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:53

100614154013625_56_000_apx_470_.jpgLe 17 janvier , en réponse à un appel national, une vingtaine de Pôle Emploi ont été occupés.


A Lyon, nous étions une cinquantaine de personnes à avoir investi le Pôle de Production et Traitement  Centralisé de Pôle Emploi à Gorge de Loup (là où sont traités les dossiers d’indemnisation).

Après avoir expliqué le sens de notre intervention au personnel présent, nous avons interrompu la Commission Paritaire (composée de « partenaires sociaux ») qui examine les dossiers des indus. La Commission a plié bagages, cédant le terrain à la Direction Territoriale (départementale) de Pôle Emploi. Nous avons présenté nos revendications, et l’exigence de voir les 7 dossiers que nous avions apportés réglés sur place.
Au bout de 2 heures d'occupation, la Direction a cédé et les 7 dossiers ont été examinés. Puis elle est revenue avec des propositions permettant de débloquer les situations des 7 personnes concernées.



L’occupation sur place nous a permis de résoudre collectivement des cas individuels, de nous
rencontrer et d'établir des revendications communes. Nous avons exigé qu’elles soient transmises
à toutes les instances hiérarchiques de Pôle Emploi et des Ministères concernés avant de quitter
les lieux en fin d’après-midi.


C'est une première victoire ! Nous ne voulons pas en rester là!


Les mesures gouvernementales sont au service du patronat et continuent de nous enfoncer dans la
précarité, la compétition et la culpabilité. Quand on nous insulte de « profiteurs », « d'assistées », de
« fainéants », de « fraudeuses », nous ripostons.

  • Parce que le traitement de masse de la pauvreté nie la spécificité de nos vies :Arrêt immédiat des radiations.
  • Parce que les allocations (ARE, RSA, APL, ASS, Allocation familliale, etc...) ne sont pas desprivilèges :

Maintien des indemnisations jusqu'au retour à l'emploi et droit à l'indemnisation chômage
quel que soit le motif de rupture du contrat.

  •  Parce que les institutions sociales nous divisent entre « bon » et « mauvais » allocataires : Annulation du service de travail obligatoire (Contrat Unique d'Insertion) de 7h pour lesallocataires du RSA et droit au RSA pour les moins de 25 ans.
  •  Nous dénonçons aussi (et surtout) :

- la fusion de l'ANPE et des ASSEDIC en Pôle Emploi , véritable machine infernale de destruction
des droits sociaux acquis des usagers et des salariés.
- l’organisation délibérée dans la société du chômage et de la précarité de masse au bénéfice du
patronat au mépris de nos conditions de vie.

 

PROCHAINE ACTION NATIONALE MARDI 14 FÉVRIER
A LYON RENDEZ-VOUS À 8 HEURES 30 PLACE JEAN MACE (devant la CPAM)
Vous pouvez nous contacter par mail à l'adresse suivante :
collectif17janv@rebellyon.info


Les précaires et chomeurs-euses du « collectif du 17 janvier », composé d'individu-e-s, de la CGT des Privés
d’emploi et Précaires du Rhône et du Collectif des Privés d’Emploi et Précaires de Vaulx-en-Velin, Décines, Meyzieu

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt vinatier - dans privés d'emploi-précaires
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:51

 

indexComitéNational CGT desPrivés d’Emploi

 

 

Montreuil le 10 février 2012

 

 

Résistance !

 

Après que les chômeurs aient été traités d’assistés, de fraudeurs, de fainéants, après avoir comparé le RSA à un cancer de la société, Sarkozy continue à stigmatiser les plus démunies et en remet une couche en voulant obliger les chômeurs à accepter une formation dans un des « secteurs d’avenir créateurs d’emplois » emplois qui seraient définis par un comité composé de chefs d’entreprises et de syndicalistes. A l’issue de cette formation, le chômeur serait tenu d’accepter la première offre d’emploi correspondant à sa formation s’il refuse cette formation ou un emploi, il serait radié et perdrait ses droits à l’indemnisation.

 

Aujourd’hui, il y a 4,8 millions de chômeurs, et subitement il va trouver des emplois ?

 

Aujourd’hui seuls 10% des chômeurs inscrits à pôle emploi bénéficient d’une formation alors que de nombreux demandeurs d’emploi en sont demandeurs, quelle formation va-t-il leurs proposer ?

 

Aujourd’hui plus de 3000 personnes sont radiées chaque mois de pôle emploi, veut-il augmenter ce chiffre ?

 

Faire payer la crise aux plus démunis, voilà ce que veut Sarkozy

 

Demander un référendum sur cette question, c’est livrer les chômeurs en pâture à ceux qui déjà les traitent de fainéants, c’est opposer les travailleurs actifs avec les travailleurs privés d’emploi, c’est faire payer par les salariés ce que décident les actionnaires, c’est les obliger à accepter des emplois au rabais, une formation bidon qui en aucun cas ne leur garantie à terme un emploi stable et correctement rémunéré.

 

Si nous acceptons ces propositions, demain ils remettrons en cause la durée du temps de travail, le contrat de travail qui garantie les conditions d’emploi du salarié, ce sera le chantage emploi contre salaire, temps de travail contre emploi.

 

La crise c’est eux !

 

  • 86 milliards de bénéfices en 2011 pour les entreprises du CAC 40.

 

  • 37 milliards versés aux actionnaires en 2011.

 

  • 34% d’augmentation sur 5 ans de la rémunération des patrons du CAC 40.

 

 

 

 

Il faut se mobiliser pour s’opposer aux mesures

antisociales de Sarkozy

 

Si Sarkozy veut consulter les français, pourquoi il ne le fait pas sur :

 

  1. La nécessité d’augmenter les salaires, les pensions, les indemnités chômage.

  2. La nécessité de contrôler les aides publiques aux entreprises.

  3. La nécessité de contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements.

  4. La nécessité de la suppression des exonérations fiscales sur les heures supplémentaires.

  5. La nécessité de stopper les suppressions d’emplois.

  6. La nécessité de développer les politiques publiques et les moyens des services publics.

  7. La nécessité de réformer la fiscalité.

  8. La nécessité de créer un pôle financier public.

  9. La nécessité de taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux.

  10. La nécessité de mettre en place un fond social européen de solidarité sociale et de développement économique.

 

Chômeurs, précaires, travailleurs pauvres, arrêtons de se laisser plumer, il est grand temps de résister !

 

Allons-nous encore longtemps se laisser accuser de toutes les misères du monde ?

Allons-nous encore longtemps payer à la place des banques et des patrons ?

 

Le comité national CGT des privés d’emploi appelle tous les privés d’emploi et précaires à refuser ces mesures antisociales, à se regrouper, s’organiser, se battre pour défendre nos droits, notre avenir et celui de nos enfants. D’ores et déjà nous vous appelons à vous mobiliser nombreux le 29 février prochain comme partout en Europe, pour dire NON à l’austérité. Dans tous les départements, les localités, contactez la CGT chômeurs, rejoignez-la, battez-vous à nos côtés :

Arrêtons de se faire massacrer !

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt vinatier - dans privés d'emploi-précaires
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 20:36

OQP-NRV.jpgNotamment, le back office ou se traitent les indus, les 121 jours, et les acceptations de chômage partiel. Des dossiers d'allocataires sanctionnés ont été portés par les occupants en même temps que nos revendications. :
Liste des revendications transmise par le collectif d'occupation, au conseil régional, au ministère du travail, au commissariat aux solidarités actives, contre la pauvreté et à la jeunesse, à la direction du travail.
Nous, chômeurs-euses, précaires, occupant à la date du 17/01/12. Le Pôle Emploi, back office, du Rhône, exigeons la satisfaction des revendications suivantes :
Arrêt des radiations,
Maintien des indemnisations jusqu’au retour à l’emploi
Retrait du service de travail obligatoire de 7h pour les allocataires RSA
Suppression du 3949
Droit à l’indemnisation quel que soit le motif de rupture de contrat de travail
Droit à l’indemnisation aux primo-demandeurs-euses d’emploi
Remise totale des indus générés par pôle emploi.
Prime de noël de 500euros pour tous et toutes, les moins de 25 ans, les privés d’emploi et les chômeurs en fin de droits, les personnes sans salaires ni indemnités.
Propositions de plusieurs convocations en cas de non disponibilités des demandeurs –euses d’emploi
Nous continuerons à nous mobiliser jusqu’à satisfaction de nos revendications et plus encore.
Signé : Collectif d’occupation

 

plus d'infos: link

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt vinatier - dans privés d'emploi-précaires
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 20:34

indexNous, chômeurs et précaires, sommes particulièrement touchés par les questions
de l'emploi. Nous subissons au quotidien la politique de précarisation de Nicolas Sarkozy
et de son gouvernement.
Le sommet pour l'emploi ouvert le 18 janvier prépare une nouvelle offensive contre
les travailleurs avec ou sans emploi. Ce sommet n'est que la continuité de la politique
mise en oeuvre par Nicolas Sarkozy au cours de son mandat et ne cesse de jeter les
travailleurs dans la misère. Pire, il marque l'accélération du calendrier des réformes avant
les élections pour mettre en cause les acquis ouvriers.
De plus, cette initiative nous rappelle qu'à la fin du mouvement contre la réforme
des retraites, Chérèque et Parisot avaient ensemble annoncé sur France 2 que leur
prochain combat à mener serait celui pour l'emploi. Aujourd'hui le gouvernement emboîte
le pas et organise ce forum.
Le menu est annoncé:
*-La remise en cause des bases du financement de la Sécurité sociale; davantage
de flexibilité dans les horaires de travail ;
*-Des mesures fiscales et financières pour alléger le « coût du travail» (suppression
des prestations familiales, du versement transport à la charge des entreprises et
exonérations des cotisations sur salaires jusqu’à 3 fois le Smic) ;
*-Une hausse de la CSG, de la TVA ;
*-L'assouplissement de certaines règles en matière d’hygiène et de sécurité ;
*-La baisse des salaires, en proposant des accords « maintien d’emploi si baisse de
salaire».
Nous sommes inquiets que la CGT participe à ce forum qui nous semble être une
initiative du MEDEF et de la CFDT soutenue par le gouvernement. Nous ressentons cette
participation comme une humiliation de plus.
Nous pensons que la participation des syndicats a été organisée par le
gouvernement de façon à donner une apparence
"démocratique" sur des mesures antisociales qui de toute façon sont ficelées d'avance. Ne
serait-il pas préférable que la CGT boycotte cette grand messe à la veille des élections?
Le syndicalisme que nous défendons est celui du militantisme de terrain, de la
défense de nos intérêts par l'action. Nous serons présents dans les mobilisations y
compris le 18 janvier pour combattre l'ensemble de la politique antisociale de ce
gouvernement et pour défendre nos droits et nos acquis!
La CGT PEP du Rhône.

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt vinatier - dans privés d'emploi-précaires
commenter cet article

Présentation

  • : cgt vinatier
  • cgt vinatier
  • : Syndicat CGT VINATIER / TEL 04 37 91 53 19 / ADRESSE: CHS le Vinatier, 95 boulevard Pinel 69500 BRON / mail: lutterensemble.cgtvinatier@laposte.net / notre page Facebook https://www.facebook.com/cgtvinatier
  • Contact

 

Recherche

ACTUALITE

liens

   

Catégories

Ecouter radio canut en direct

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -