Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 07:59

dessin

Le 31 janvier 3.000 personnes se sont retrouvées dans les rues de Lyon

 

La CGT du Vinatier, des militants, des salariés étaient présents pour revendiquer :

  • L’augmentation des salaires et l’augmentation de la valeur du point. Rattrapage immédiat avec une augmentation mensuelle de 300€ pour tous.

  • L’arrêt des suppressions d’emplois dans la fonction publique et la titularisation des contractuels.

  • L’abrogation du jour de carence qui nous pénalise tous financièrement, et sur notre salaire et sur la prime de service (c’est une nouvelle fois la double peine).

  • Le renforcement des services publics. En ce qui nous concerne l’hôpital est terriblement malmené et avec lui la population et les patients. Les faits divers accréditent malheureusement totalement nos revendications : plus d’emplois, plus de moyens sont nécessaires. La population augmente, les besoins en soins augmentent aussi. Pourquoi vouloir réduire l’offre de soins ? Pour que le privé s’engraisse sur le dos de la Sécu ? Ce n’est pas comme ça qu’on fera des économies globales, ni qu’on prendra mieux en charge la population. Non l’hôpital n’est pas une entreprise et ne doit pas être géré comme tel.

Oui, il est urgent d’agir et les revendications locales sont étroitement liées aux revendications nationales. Par exemple les débats organisés sur le financement de la protection sociale et les luttes que l’on mène doivent interpeler tout le monde ; c’est notre avenir qui est en jeu, nous devons l’écrire en luttant.

 

Action au CTE du 1er février : les personnels étaient fortement présents

 

Les personnels de la MAS, du DAPELA, de la buanderie sont venus pour dénoncer, s’opposer aux mauvais coups qu’on veut leur porter. Démontrer à la direction que la résignation n’était pas à l’ordre du jour, qu’ils en avaient marre d’être stressés au travail, de se faire frapper au travail. Une démonstration de force très professionnelle qui a démontré à la direction que les personnels étaient très respectueux de leurs missions, qu’ils voulaient travailler autrement pour eux mais aussi par respect pour les patients.

 

Menace de suppression de postes à la Blanchisserie pour payer les travaux.

Une mise aux normes du bâtiment est nécessaire ; le devis se monte à 900 000€ . Cela comprend les aménagements et l’entretien sur les 10 prochaines années. Nous le revendiquons comme faisant partie de l’entretien normal de l’outil de travail industriel que représente une blanchisserie hospitalière. Alors stop au chantage aux postes, à l’emploi.

 

Annonce d’une économie annuelle de 200 000€ à faire à la MAS pour contribuer à la construction du nouveau bâtiment. C’est scandaleux d’oser dire ça quand on connaît les problèmes de sous effectif chronique de la structure. Alors que le manque de personnel est criant, alors que de nombreux résidents ne sont plus sortis depuis des mois à cause du manque de personnel. Le vieillissement et le manque de mobilité des patients, tout cela n’est rien aux yeux de la direction. Les économies réalisées depuis des années se chiffrent en centaines de milliers d’euros…les économies ce sont les personnels et les résidents qui les payent tous les jours.

 

Suppression d’une unité au DAPELA. On aménagerait les unités Itard et Montessori en MAS ? La direction met en avant le prochain projet médical. Que dira-t-elle aux familles des patients qui ne trouveront plus de lits d’hospitalisation ?

 

Maintien sur le Vinatier des contractuels du self et des cuisines :

Le directeur nous reçoit le mardi 5 février à 10h 30.

 

Poste d’admissioniste à l’UMA : il faudra recruter au moins deux agents supplémentaires pour assurer les missions. Il faut aussi permettre à une équipe fixe à l’UMA de fonctionner sans désorganiser le Bureau des entrées. Le directeur doit bien pouvoir nous entendre.

 

Compte rendu du CTE du 1er février

 

Organisation du temps de travail à la cuisine : suite à la construction d’une nouvelle cuisine hospitalière publique sur le site (c’est une très bonne chose, une victoire. Des projets prévoyaient d’externaliser la cuisine sur Saint-Priest, comme pour la buanderie) la direction a proposé la nouvelle organisation du travail qui prendra effet concrètement début avril. C’est la que le bât blesse, puisque de 50 agents (49.8 ETP) on passera à 37 agents (37 ETP). Cette réorganisation de la cuisine s’accompagne donc d’une diminution sérieuse des effectifs qui a de graves conséquences pour le personnel. Comment peut-on assurer 27 postes de travail au quotidien et 3 le weekend avec un effectif de 37 agents ? Nous allons droit à la crise, la direction fait tout pour créer une future mobilisation ! Nous avons voté contre le document et demandé à la direction de revoir sa copie.

 

Budget : comptes de dupes !

Un plan de retour à l’équilibre budgétaire appliqué à la lettre par notre direction. C’est un plan qui saigne les services et rend nos conditions de travail dramatiques. Et la direction ose dire que l’ARS est reconnaissante puisque, en retour, elle nous octroie 1 million d’euros par an pendant trois ans. A quoi sert ce million d’euros annuel ? A obtenir des excédents que la direction qualifie de « confortables » pour 2012. Cette logique gestionnaire nous tue à petit feu.

Non, l’hôpital n’est pas une entreprise.

Oui, l’hôpital depuis des années subit un plan social déguisé mais dramatique avec de graves conséquences pour les patients et pour les personnels. S’il y a des excédents ils doivent servir à embaucher.

 

Prime de service 2012. Elle sera versée sur la paye de février.

Cette prime c’est 7,5% de la mase salariale, soit 3.009.000 €. Nous considérons que la direction des ressources humaines prend en compte nos revendications et avance un peu dans leur sens en réduisant le seuil d’absence de la 1ère et 2ème répartition. Cela permet d’atténuer la notion de jour de carence.

1er seuil : absence inférieure ou égale à deux jours

2ème seuil : absence supérieure à 2 jours et inférieure ou égale à 5 jours

Ceci diminue le montant affecté à la 3ème répartition. En résumé chaque agent absent 2 jours ou 4 jours touchera plus que les autres années. Il restera donc très peu à distribuer au niveau de la 3ème répartition.

Nous avons encore des revendications sur le calcul de la prime de service, nous revendiquons que les personnels n’aient des retenues sur la prime de service pour des absences maladie qu’après 7 jours d’absence. Rappelons aussi que localement nous revendiquons le 13ème mois pour tous, ceci afin de supprimer cette pression inutile qui touche notre pouvoir d’achat et pour que cela compte pour notre retraite. La CGT a donc voté contre, FO a voté pour.

La lutte continue.

 

Contrats de pôles. Ils concernent les pôles médicaux uniquement.

Nous avons tous les documents au local. Des syndicats comme le nôtre et comme FO n’ont eu de cesse de contester leur mise en place. Ces nouvelles organisations se traduisent par la suppression de 35 lits dans le cadre du plan Hôpital 2012 pour les services adultes. Et quand le directeur annonce qu’il n’y a pas de projet encore défini au DAPELA, « qu’aucune décision n’a été prise » mais qu’il y a une « volonté de structurer le DAPELA comme les pôles de psychiatrie adulte » on se demande pourquoi il persiste à dire que rien n’est décidé quant à la fermeture de lits dans les services du DAPELA. Nous traiter de menteurs c’est facile quand on utilise la langue de bois.

Il y a aussi le regroupement des structures de l’extra muros. L’objectif dans tous les cas : réorganiser l’offre de soins, faire toujours plus d’économie. Que représentons-nous, nous les personnels, face à cette politique ? Des coûts, uniquement des coûts. La bonne question qu’il faut se poser n’est pas : « Que faisons-nous à l’hôpital ? » mais : « Combien coûtons-nous à l’hôpital ? ». Nos postes sont évalués en €, au coût moyen de 45 000 €. Douze postes, c’est ce que doit « rendre » le pôle Ouest, soit 540 000 € ; plus les transformations de postes IDE en ASD, etc, etc. Les exemples ne manquent pas. N’oublions pas et surtout pensons-y.

La lutte contre les pôles c’est la lutte pour nos revendications, contre l’exploitation, contre l’hôpital inhumain, l’hôpital entreprise comme on dit.

 

Prime pour les cadres qui sont amenés à remplacer un(e) collègue au-delà d’un mois d’absence. Il y aurait beaucoup à dire et surtout exiger de la direction qu’elle arrête de demander aux cadres de gérer l’impossible, de mettre la pression sur les équipes parce qu’on leur met la pression à eux aussi…alors la prime présentée au CTE pour tout cadre qui se voit confier le service d’un collègue absent depuis un mois participe à un marché de dupes dont seront victimes les cadres eux-mêmes, mais aussi et surtout les personnels. Gérer une équipe quand on est « au taquet », gérer une équipe contre une prime parce qu’un collègue n’a pas été remplacé cela peut être très dur. Et même s’il est certain que quelques un(e)s seront content(e)s nous pensons que beaucoup aimeraient tout simplement avoir des conditions de travail correctes et ne pas être obligés de gérer un autre service, ne pas être obligé de gérer la crise perpétuellement.

 

Pool ASH. Le directeur a insisté pendant tout le CTE pour que l’on écrive dans notre tract qu’il n’y aura pas de mise en place de pool ASH. Nous le faisons avec réserve, en espérant que nous avons tort d’émettre des réserves mais en disant clairement que si la direction passe à l’acte nous passerons, avec le personnel ASH à la mobilisation massive. Nous rappelons également au directeur qu’il y a urgence à renforcer les équipes ASH, spécialement au DAPELA et à la MAS. Les problèmes des ASH c’est maintenant, pas dans 18 mois !

 

Roulement en 12h proposé à l’UMA. Certains périodes du roulement prévoyaient de faire travailler les agents 60h sur une période de 7 jours (et cela plusieurs fois par cycle), ce qui est illégal. Nous avons fait étudier un autre roulement qui ramène à 48h maximum la durée de travail par période de 7 jours, ce qui permettra de respecter la loi, tout simplement.

Ceci n’enlève rien à notre position sur les 12h et à notre appréciation de cette hérésie.

 

Roulement en 12h à l’UHSA. Nous avons demandé à la direction de nous faire passer le roulement en cours pour vérification. On nous dit qu’il est correctement établi, mais nous souhaitons vérifier.

 

Caméras de Revol, suivi de dossier. La direction nous dit qu’elles ont été démontées le 11 janvier. Elles n’enregistraient plus depuis début décembre. Une nouvelle fois le directeur a eu un comportement inapproprié. Il en va de même pour ses réflexions souvent blessantes pour les personnels.

 

Alors oui, luttons tous ensemble…On ne doit se résigner qu’au bonheur !

 

Pour les personnels de la MAS et du DAPELA nous avons demandé un rendez-vous à la direction…

Celui-ci aura lieu à la MAS, le vendredi 8 février à 14h

Nous porterons les revendications des équipes du DAPELA et de la MAS

 

Pour info voici le courrier que nous avons envoyé à la DRH, les problèmes du DAPELA concernent tout le monde :

 

Objet : demande de rendez-vous à la direction

 

Bron, le 1er février 2013,

 

A l’attention de madame Sophie Leonforte

Directrice des Ressources Humaines

 

Copie au directeur du CHS Vinatier, monsieur Meunier

Copie au directeur des soins, monsieur Bérichel

Copie à madame Pertin, cadre supérieur

 

 

Madame la directrice,

 

Suite à l’action du CTE de ce jour nous sollicitons un rendez-vous concernant le DAPELA et la MAS sur la question des gardes et des effectifs.

 

Il a été évoqué pendant cette action que vous recevriez, avec monsieur Bérichel, les personnels du DAPLEA et de la MAS en présence de l’encadrement. Vous avez également indiqué que les organisations syndicales seraient invitées.

 

Nous considérons que cette rencontre est, en effet, plus que nécessaire et que les revendications du personnel doivent être écoutées et prises en compte.

 

Vous avez pu vous apercevoir lors des échanges que les personnels étaient fortement motivés professionnellement et qu’ils voulaient pouvoir travailler autrement. Les personnels ne sont pas résignés et ils comptent beaucoup sur cet entretien collectif pour améliorer leur situation professionnelle et la prise en charge des patients. Il y a une véritable notion d’urgence en rapport avec la sécurité des patients et des personnels.

 

Dans l’attente de ce rendez-vous nous considérons que les gardes de semaine, qui n’ont été discutées dans aucune instance, n’ont pas lieu d’être. Et nous demandons aux équipes de refuser de les faire.

 

Outre les gardes nous rappelons nos principales revendications :

  • 4 soignants minimum à Requet et à Itard

  • 8 soignants minimum à la MAS (dont 1 infirmier par aile)

  • 1 ASH de plus par lieu de travail

 

Comptant sur votre écoute et la prise en compte des revendications nous vous adressons nos sincères salutations.

Pour la CGT

Marc Auray

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt vinatier - dans instances vinatier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : cgt vinatier
  • cgt vinatier
  • : Syndicat CGT VINATIER / TEL 04 37 91 53 19 / ADRESSE: CHS le Vinatier, 95 boulevard Pinel 69500 BRON / mail: lutterensemble.cgtvinatier@laposte.net / notre page Facebook https://www.facebook.com/cgtvinatier
  • Contact

 

Recherche

ACTUALITE

liens

   

Catégories

Ecouter radio canut en direct

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -